Portrait de Didier Zanette

HomePortrait de Didier Zanette


Portrait DZ1Une vocation qui remonte à sa découverte de l’art africain

Né au Maroc en 1966, Didier Zanette est un homme qui aime relever les défis.  Il a toujours fait preuve d’une persévérance sans faille : jamais, il n’a abandonné l’idée de vivre un jour pleinement sa passion. Tout jeune, il s’intéresse aux formes d’art du continent africain. Ses découvertes dans les souks de Casablanca alimentent ses premiers émois de collectionneur.
Ingénieur agronome, il s’installe en Nouvelle-Calédonie en 1990 pour y exercer la profession de banquier. Sa passion pour les objets et la peinture, le pousse inévitablement à s’intéresser à la culture océanienne. Il voyage à travers le Pacifique pour enrichir sa collection personnelle et se livre à la photographie et à la peinture. En 2003, il franchit le pas, abandonne la cravate, les chaussures de cuir et la serviette de banquier, pour suivre ses véritables aspirations, il sera «explorateur». L’aventure commence…

 

 

 

Portrait DZ2Un passionné dans l’âme

Il ouvre une galerie d’arts premiers à Nouméa et passe jusqu’à six à sept mois par an, à collecter des objets traditionnels océaniens, parcourant les forêts et les vallées de la Papouasie Nouvelle-Guinée. Il sillonne de nombreuses régions très différentes: celle du Sepik, Ramu, des îles Trobriand, Golfe papou, les Highlands, Maprik, la Nouvelle Irlande, la Nouvelle Bretagne,  les îles Siassi, Massim, .), l’Irian Jaya (Sentani, Asmat) mais aussi  les îles Salomon, le Vanuatu (Mallicolo, Ambrym, Erromango) ou encore l’Indonésie et bien sûr  l’Australie (Arnhem, les Kimberley, le Western Desert, le Central Desert …).
Durant ces voyages, il choisit de vivre au cœur des populations qu’il rencontre. Un privilège qui lui permet d’apprendre beaucoup sur les pièces qu’il collecte, ainsi que sur les us et coutumes de ses hôtes. C’est une vie hors du temps. Une expérience unique qui lui vaudra le surnom d’Indiana Jones de la Papouasie !

 

 

Portrait DZ3Une véritable connaissance du terrain

Aujourd’hui, il est donc l’un des rares marchands contemporains internationaux, à parcourir ces contrées lointaines, des zones peu explorées et rarement visitées. Sa connaissance du terrain et les liens tissés sur place lui permettent d’acquérir des objets ethnographiques de valeur (statues, masques, armes, parures, monnaies…). Ces pièces rares et, jusqu’alors inconnues, dont il est certain de l’authenticité, lui permettent une meilleure compréhension des populations isolées qui les lui cèdent.
Chaque périple est une occasion pour lui de recueillir des témoignages et d’enrichir sa collection impressionnante de photos et de vidéos inédites. Toute cette documentation recueillie sur place donne lieu à la réalisation d’ouvrages et à l’organisation d’expositions. Pour contribuer ainsi au rayonnement des cultures océaniennes et à une meilleure connaissance des populations géographiquement marginalisées mais qui conservent une grande richesse culturelle.

 

 

Portrait DZ4Une connaissance éclectique des cultures du Pacifique Sud

Soucieux d’élargir géographiquement son champ d’investigations, Didier Zanette a été amené  à s’intéresser aux populations aborigènes d’Australie et principalement aux peintres qui font désormais la réputation artistique du pays.
Ne se contentant pas uniquement de fréquenter les coopératives et les centres d’art, il va à la rencontre des artistes aborigènes. Il noue des contacts avec eux, n’hésitant pas à leur rendre des services et à partager leur vie quotidienne. Ici, il fait comme ailleurs. Passant de longs moments à leurs côtés, il collecte des informations sur la partie de leur production qu’il va leur acheter et qui serviront à éclairer le public de ses galeries.
En photo, Didier Zanette est aux côtés du célèbre peintre Pintupi George Hairbrush Tjungurrayi, artiste grand initié, reconnu aussi bien par ses pairs que par les experts.