Ethique

HomeEthique

eth1Une éthique et une ouverture d’esprit

L’esprit DZ galerie est né d’une éthique insufflée par son créateur, Didier Zanette, homme de terrain à l’inextinguible soif de rencontres et de partage avec des populations au mode de vie si différents du nôtre.
Il ne s’agit pas d’une conception abstraite. En effet Didier Zanette manifeste cette éthique par diverses actions d’aide aux populations sur le terrain en Papouasie-Nouvelle-Guinée et par son adhésion à des codes de conduite comme l’Indigenous Art Code. Un texte par lequel il s’engage à respecter les principes d’éthique et de moralité arrêtés dans ce code d’origine australienne et qui vise à garantir des échanges commerciaux équitables avec les artistes aborigènes.

 

 

eth2Des compétences reconnues

En 2012, Didier Zanette est nommé expert judiciaire auprès de la Cour d’Appel de Nouméa en Nouvelle-Calédonie, pour ses compétences en matière d’art océanien, de peintures aborigènes et d’art indonésien.
Il devient  ainsi un des meilleurs garants de l’authenticité et de la préservation de l’art présent dans toute la zone Pacifique.

 

 

 

 

eth3La volonté de partager

La volonté de partager ses découvertes, ses rencontres et ses émotions, de parler des hommes et femmes croisés au cours de ses nombreux voyages, a toujours animé Didier Zanette. Par ses récits, il entend susciter l’intérêt et la curiosité pour ces arts lointains et encore  très vivants. Il souhaite rendre hommage aux hommes et à leurs les ancêtres qui ont conçu ces œuvres originales.
Depuis 2008, de nombreux ouvrages ont été publiés. Quatre d’entre eux font partie d’une collection intitulée «Et si nous parlions l’Océanien ?». Des opus où l’on retrouve, des photos d’objets choisis par thème et les propres prises de vue de Didier Zanette réalisées sur le terrain. Les autres ouvrages sont consacrés à l’art aborigène et à des thématiques spécifiques à l’art océanien.

 

 

eth4Des partenaires impliqués dans la culture océanienne

Reconnu pour sa science du terrain et ses expériences concrètes, Didier Zanette a eu l’occasion de collaborer avec de nombreux partenaires officiels agissant dans le domaine de la culture océanienne. En partenariat avec le service culturel de la mairie de Nouméa, il présente en juin 2008, un événement  autour de l’instrument de musique papou appelé kundu. Puis, en mai 2010, il organise une exposition d’une soixantaine d’objets représentant des animaux de Mélanésie. En septembre 2009, il collabore avec le musée maritime de Nouméa pour une exposition consacrée aux objets de navigation mélanésiens.  Le musée de la ville de Nouméa le sollicite en juin 2010, pour faire découvrir au public les spectaculaires masques des Baining de Nouvelle-Bretagne. Deux ans plus tard, en mai 2012, c’est au Centre Culturel Tjibaou de Nouvelle-Calédonie, qu’une grande salle est réservée pour la mise en valeur d’une quarantaine d’ustensiles de cuisine de Mélanésie. En 2016, il participera à une exposition majeure « Australie, Océanie, Peuples de la Mer » organisée par le Musée océanographique de Monaco  du 22 mars au 30 septembre 2016.